Полное собрание сочинений в 10 томах.

649. А. X. БЕНКЕНДОРФУ

Апрель — май 1835 г. В Петербурге

En demandant la permission d'être l'éditeur d'une gazette littéraire et politique je sentais moi-même tous les inconvénients de cette entreprise. Je m'y voyais force par de tristes circonstances. Ni moi, ni ma femme nous n'avons encore notre fortune; celle de mon père est si dérangée que j'ai été obligé d'en prendre la direction pour assurer un avenir au reste de ma famille. Je ne voulais devenir journaliste que pour ne pas me reprocher d'avoir négligé un moyen qui me donnant 40 000 de revenu me mettait hors d'embarras. Mon projet n'ayant pas eu l'agrément de Sa Majesté, j'avoue que me voilà soulagé d'un grand poids. Mais aussi je me vois obligé d'avoir recours aux bontés de l'empereur qui maintenant est mon seul espoir. Je vous demande la permission M-r le Comte, de vous exposer ma situation et de remettre ma requête en votre protection.

Pour payer toutes mes dettes et pouvoir vivre, arranger les affaires de ma famille et être enfin libre de me livrer sans tracas à mes travaux historiques et à mes occupations, il me suffit de trouver à faire un emprunt de 100 000. Mais en Russie c'est impossible.

L'empereur, qui jusqu'à présent ne s'est pas lassé de me combler de grâce, mais qu'il m'est pénible ... en daignant me prendre à son service m'a fait la grâce de me fixer 5000 d'appointements. Cette somme représente les intérêts d'un capital de 125 000. Si, au lieu de mes appointements, Sa Majesté me faissait la grâce de m'en donner le capital en emprunt pour 10 ans et sans intérêts — je serais parfaitement heureux et tranquille. 1)

 

Бібліотека ім. О. С. Пушкіна (м. Київ).
Про О.С. Пушкіна