Полное собрание сочинений в 10 томах.

154. П. А. ОСИПОВОЙ

11 августа 1825 г. Из Михайловского в Ригу

Vous parlerai-je de ma reconnaissance? C'est bien aimable à vous, Madame, de ne pas oublier votre hermite. Vos lettres m'enchantent autant que vos soins généreux me touchent. Je ne sais que deviendra mon avenir, mais ce que je sais c'est que les sentiments que je vous ai voués seront éternellement les mêmes. J 'ai été aujourd'hui encore à Trigorsky. La petite se porte très bien et est très jolie. Je crois comme vous, Madame, que les bruits qui sont venus à M-r Kern sont faux, mais vous avez raison: il ne faut pas les négliger. Ces jours-ci j 'ai été chez Pechtchourof, l'avocat patelin — comme vous l'appelez — il me croyait à Pskof (NB). Je compte voir encore mon vieux nègre de Grand' Oncle qui, je suppose, va mourir un de ces quatre matins et il faut que j 'aie de lui des mémoires concernant mon aïeul.

Je présente mes respects à toute l'aimable famille et suis, Madame, votre tout dévoué.

11 août. 1)

 

Бібліотека ім. О. С. Пушкіна (м. Київ).
Про О.С. Пушкіна