Jewgeni Onegin. Achtes Kapitel

RESUME

 

Le nom du grand écrivain ukrainien Panass Mirniy (P. Ya. Roudtchenko, 1849—1920) est mis sur le même rang avec les noms des écrivains révolutionnaire-démocratiques progressistes de Russie de la deuxième moitié du XIX siècle. Illuminée par la muse ardente de T. G. Chevtchenko et pénétrée par les idées de la literature russe l'oeuvre de Panass Mirniy elle-même a marqué une nouvelle étape dans le développement de la prose ukrainienne réaliste. Un profond connaisseur de la vie de son temps, un artiste novateur pénétrant Panass Mirniy a décrit la vie du peuple ukrainien dès le servage jusqu'au développement impétueux du capitalisme et a enrichi la littérature ukrainienne par des genres et des sujets nouveaux.

La représentation réaliste du village ukrainien avec ses contradictions sociales insolubles, différenciation brusque de classe qui suivait la réforme du 1861, occupe une place principale dans l'oeuvre de Panass Mirniy.

Une de plus importantes oeuvres littéraires sur ce thème est le roman «Les boeufs mugissent-ils si la mageoire est pleine?» écrite par Panass Mirniy avec son frère Ivan Bilek (I. Ya. Roudtchenko) en 1875. C 'est le premier roman-épopée social accusateur dans la littérature ukrainienne dans lequel est représentée l'histoire près de cent ans du village ukrainien antérieur et après la réforme. Ce roman a été publié en 1880 à Genève. Mais dans le pays natal de l'écrivain il n'a apparu qu'en 1903 sous le titre de «La force manquée». L'idée maîtresse du roman est la protestation anarchique du «brigand noble», inapte à changer le monde du mensonge ef : qui détourne des paysans de la lutte véritable pour les droits humains et la justice sociale.

Les récits de l'écrivain «Volonté affamée», «Chagrin de longue date et d'aujourd'hui» (1897), le roman «La femme perdue» (1883—1884, 1928) et d'autres sont the-matiquernent liées avec le roman «Les boeufs mugissent-ils si la mageoire est pleine?».

Le sujet social approfondi est propre й la petite prose créée par Panass Mirniy dans les années quatre-vingt: récits, nouvelles, poème en prose de la société future sans classes «Le rêve».

Les pièces de théâtre de l'écrivain «Limerivna» (1883), «Dans les nonnes» (1884) et autres basées sur les conflits socials aigus occupent une place d'honneur dans la dramaturgie ukrainienne.

Le célèbre écrivain a aussi fait une libre version du récit poétique du vieux russe «Le Dit de la compagnie d'Igor», ainsi que la traduction des oeuvres de A. Pouchkine, M. Lermontov, A. Ostrovsky, Shakespeare, G. Longfellou.

Beaucoup d'oeuvres de Panass Mirniy n'ont vu le jour pour la première fois qu'après la Grande Révolution d'Octobre. Les motifs accusateur de ses oeuvres ont lui fait de strictement tenir son vrai nom secret.

Aujourd'hui les oeuvres de Panass Mirniy sont publiées au tirage de plusieurs millions non seulement dans la langue maternelle mais aussi dans plusieurs langues des peuples de l'URSS et des pays étrangers.

Le pays soviétique a célébré comme les fêtes nationales les jubilés de l'écrivain — le centenaire de son activité littéraire et la 125-éme anniversaire de sa naissance.

La maison-musée de Panass Mirniy créé en 1939 et reconstruite en 1962 est la manifestation de l'amour et reconnaissance profonde du peuple ukrainien en mémoire de son grand fils. La maison-musée est située à la banlieue pittoresque de Poltava au bout de la rue Panass Mirniy. La maison de bois sans étages se composant de sept pièces est sur le monticule derrière lequel sur le bord^ de l'étang s'est étendu le jardin.

Près de mille objets, livres, photographies, documents qui appartenaint à l'écrivain et sa fimille (a sa femme A. M. Roudtchenko, à ses fils Victor, Michel et Leonid)— tout l'intérieur de la maison-musée donne une vive idée de Panass Mirniy — écrivain, citoyen, homme. Toute activité de l'èctrivain est dirigée vers un seul but — se consacrer au service de son peuple. L'héritage créateur de l'écrivain est entré à la réserve d'or de la culture nationale.





До повного списку статей